Confinement – Jour 10


Diling diling diling – Youhou, oui, on a réussi. Dix jours, on est resté dix jours chez nous, claquemurés, à manger toutes nos réserves de nouilles, de riz, et de PQ. « We are the champions, my friends . And we’ll keep on fighting ’til the end !” Ah oui et c’est quand la fin ? Bah, il ne nous reste plus que, pfiou un paquet de jours … On sait pas en fait ! Notre peine va être aggravée semble-t-il, à la hausse, mais quand et de quelle manière ? On se croirait dans un mauvais film à suspense. Le président ne doit pas vouloir spoiler ! Donc, mystère ! Tout est possible. Prison ferme, ou autorisations de sorties sous conditions restrictives plus strictes, quatre semaines, six semaines…Va savoir. Quelqu’un a de quoi payer ma caution ? Et tout ça pour se protéger d’un psychopathe connu, vol-de-mort, et son lieutenant le pangolin, qui lui, est en tournée planétaire avec son tube mondial : « Libéré délivré, on ne me tuera plus jamais ». Bonne nouvelle, quand même, le parloir de 20h est maintenu. 
En attendant les annonces, j’ai décidé de me faire du bien. J’me suis peignée et, comme hier j’ai trop kiffé de pschitter le parfum d’intérieur, escapade polynésienne, j’ai décidé de me badigeonner de monoï. En plus, je ne sais pas si c’est l’air pur parisien – si, si y’a moins de pollution – j’ai la peau super sèche. Bref, j’en ai trouvé un flacon. Je crois qu’il a un peu tourné. Il sent un peu la biquette, et un peu la fleur de tiaré, mais bon, j’en ai quand même mis parce qu’en plus y’a écrit sur la bouteille : Ultra bronzant !!! Et ça, ça me fait rêver. Et c’est important en ce moment vue les nouvelles du dehors. Nan, parce qu’on est quand même passé en peu de temps à « pas d’inquiétude ça va rester en Chine », à « c’est une crise sanitaire majeure, mais nous sommes armés pour y faire face, mais barricadez-vous », à « l’humanité entière est menacée, on est dans la merde, et notre armement est obsolète ». Il faut s’attendre à quoi pour les prochaines annonces : « Préparez-vous le monde est foutu, beaucoup n’y survivront pas, mais faites quand même faire leurs devoirs à vos enfants au cas où » ; Ou à « Les zombies attaquent, mais l’industrie tourne toujours, alors allez bosser ! ». En plus, avant, ils disaient : « ce virus se propage par les sécrétions. Tenez une distance de sécurité d’un mètre entre vous ». Ok, facile à faire. Ben nan, en fait. Maintenant, ils disent que le virus est aéroporté longue ditance. Le truc, il prend, genre l’hélicoptère, pour aller d’une personne à une autre. Il se laisse porter dans l’air au gré, du vent, actif pendant quelques heures et puis, quand il est fatigué, il se pose sur toi, sur tes citrons, tes chaussures…. Le truc il se prend pour une libellule ! Si, on devait faire ce qu’ils disent aux infos, faudrait faire cramer son pain à 64 °, laver son linge à 60° à chaque fois qu’on sort – bonjour l’état des pulls en laine ! – et enlever ses chaussures avant de rentrer chez soi… Oh vous voulez pas qu’on installe des pédiluves et des douches de désinfection, non plus ? Aujourd’hui, j’ai voulu manger une banane. J’me suis fait un coup de flip. J’l’ai-épluchée-entièrement-j’ai-l’ai-posée-toute-nue-je-suis-allé-jeter-la-peau-j’me-suis-lavé-les-mains-et-je-l’ai-enfin-mangée. J’suis stressée, moi…Mais j’ai un masque !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s