Confinement – Jour 6

Diling diling diling – C’est dimanche. Le jour du Seigneur. The day où, on peut ne rien faire sans culpabiliser. Parce que nous, hier, on a battu le record d’occupations… On a fait nos lits, on s’est douché, on s’est habillé, et on s’est incrusté sur mon lit – notre radeau des méduses – on a compulsé les réseaux sociaux… Pfiou, c’était l’heure de déj. On a mangé et allumé la télé. On a maté des séries sur Netflix. Fatiguant. Bon vers cinq heures on s’est dit qu’on allait bouger. J’veux dire sortir, pas juste aller dans une autre pièce que ma chambre ! On a rempli nos laissez-passer. On s’est un peu maquillé. On est parti, en jogging !!!! J’avais oublié mon laissez-passer ! j’ai dû remonter. L’effort quoi ! Et on est allé faire les courses. Oui, oui, je sais, j’y suis déjà allée deux jours plus tôt, mais Sandrine, n’avait pas mis les pieds dehors depuis dimanche aprèm. Bref. Le monde n’avait pas trop changé. Par contre, ils ont beau dire à la télé, qu’il n’y aurait pas de pénurie, y’a quand même un problème de ravitaillement !! Au Auchan à deux pas, il n’y avait plus de farine bio… Nan mais allo ! J’ai hésité, et j’ai pris de la farine normale ! Humour. J’ai pris ce qu’il y avait. Ça fait trop bobo-con-fini. L’atmosphère avait changée dans le super marché. J’ai trouvé les caissiers détendus. Ils se lançaient des blagues d’une caisse à l’autre, comme si on n’était pas là. J’ai préféré voir ça, que des employés flippés ! Il y avait un vigil pour nous faire respecter les distances de sécurités, au cas où on serait en mal de sociabilité. Après on est allé chez le maraîcher. Les rayons étaient moitié vides ! Y’avait plus de coriandre ! What ? Vous êtes sérieux là ? J’en ai trouvé ailleurs ! Happy me. Puis, je suis allée à la boulangerie pendant que Sandrine allait tirer de l’argent. Euh, j’ai aimé moyen mon expérience boulangerie. La vendeuse avait des gants avec lesquels elle touchait le pain et la monnaie. Comme d’hab quoi, mais là j’ai trouvé ça un peu dégueu. J’deviens dingo, limite réacOn est rentré. En y réfléchissant, je me dis que c’est-pas-une-bonne-idée-le-jogging-tout-le-temps, même si c’est confinement et que du coup, on s’en fout. Sauf que le jour où on va mettre un autre pantalon, et qu’on pourra même plus en enfiler les jambes, on va moins rigoler. Laissez-moi rouler, laissez-moi, laissez-moi rouler, roulez en liberté ! Ce matin, en me réveillant, j’ai regardé les quatre infos qui s’affichent sur mon smartphone, et l’une d’elle affichait une phrase de Macron : « La guerre va durer ». Ça m’a exaspéré. J’ai eu envie de chanter : « Maréchal, nous voilà ! ». Ça craint. Nan mais, c’est pas sa rhétorique martiale qui va nous protéger du naufrage annoncé. La guerre ce n’est pas traîner à la maison avec un stock impressionnant de pâtes et de PQ ? Sandrine, philosophe, m’a dit qu’il devait faire référence à l’enlisement de la guerre 14-18. Pas faux, vu le bourbier dans lequel on est. Pas de masque, plus de tests, pénurie de gel hydoalcoolique, un hôpital au bord de l’implosion ! Et à part ça ? Aujourd’hui un médecin est mort… Dimanche de merde ! Mais tout va très bien Madame la Marquise, tout va très bien, tout va très bien… J’me suis fait un masque.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s