Confinement – Jour 51

Diling diling diling – J-4 avant le déconfinement parce que ça y est, on va déconfiner. Bienvenue à vous tous, la fête va commencer, et qu’importe la couleur pourvu qu’on est l’ivresse de se croire invincible, ressuscité de peu, ou bien béni des dieux. Paris, Madame Loyal, reste, bien sûr, habillée de son frac écarlate, à peine un peu pailleté, pour mieux vous faire rêver ! Vous allez adorer ! En maitre de la piste, elle vous invite à assister à cette belle rentrée, qui débute le 11 mai ! Le spectacle est déjà presque complet. Allez, allez, venez sous le nouveau chapiteau du cirque France. Prenez votre ticket !
« Un clown est mon ami
Un clown bien ridicule
Et dont le nom s’écrit en gifles majuscules
Pas beau pour un empire
Plus triste qu’un chapeau
Il boit d’énormes rires
Et mange des bravos… »
Il y a plein d’attractions qui n’attendent plus que vous, alors décidez-vous ! Vous y verrez tous les petits métiers représentés. Le vôtre peut-être ou celui d’un autre dernier de cordée qui ne peut pas télétravailler. Faut aller bosser, Messieurs, Mesdames ! Prenez le métro, promis on va le désinfecter. Une fois par jour, c’est déjà bien, de quoi vous vous plaignez ? Et si vous comptiez vous asseoir après une dure journée, que vous avez mal aux pieds ou que vous êtes fatigué, inutile d’y penser. Les sièges sont presque tous condamnés. Allez, poussez, faut rentrer ! N’oubliez pas de prendre votre ticket et votre attestation employeur, sinon gare aux contrôleurs. On avance, en silence, sous des masques de peur. Bienvenue au Palais de la terreur. Cotoyer le virus. C’est mieux que le cirque Gruss !
« Pour ton nez qui s’allume
Bravo ! Bravo !
Tes cheveux que l’on plume
Bravo ! Bravo !
Tu croques des assiettes
Assis sur un jet d’eau
Tu ronges des paillettes
Tordu dans un tonneau
Pour ton nez qui s’allume
Bravo ! Bravo !
Tes cheveux que l’on plume
Bravo ! Bravo !…. »
Si vous en réchappez gare aux passages cloutés. L’auto devenue reine n’est pas près d’être domptée. Oyez, oyez, cette attraction va vous faire trembler ! Si vous avez encore envie de vous enivrer, n’hésitez pas à prendre cette bonne ration de pollution qui vous a tant manquée ! Et puis vous pourrez apprécier le son pour vous faire avancer, en rythme s’il vous plaît ! Allez, allez, sortez, il faut reconsommer, sinon c’est le grand huit qui va nous faire plonger. Restez bien accroché, ça risque de secouer. Pour les plus téméraires, vous pourrez essayer un tour hospitalier ! Mais c’est déconseillé si vous avez des comorbidités ! On se tasse, s’il vous plaît. Faut que tout le monde assiste à la fête, qui vous est annoncée. Il y aura aussi les rires et les pleurs de nos clowns farceurs. Rencontrez le clown pessimiste et celui résigné, le clown qui s’en fiche, rien n’peut lui arriver, et celui qui préfère, bien sûr, en ricaner !
« La foule aux grandes mains
S’accroche à ses oreilles
Lui vole ses chagrins
Et vide ses bouteilles
Son cœur qui se dévisse
Ne peut les attrister
Ç’est là qu’ils applaudissent
La vie qu’il a ratée !… »
Allez prenez votre ticket, vous allez être stupéfaits par nos tours de magie qui vous feront renoncer à votre liberté ! Faites-vous hypnotiser et puis décérébrer pour mieux penser et puis tout accepter. L’esprit critique est bien trop démodé, les bêlements en cœur sont bien plus appréciés. Venez et assister aux tourneurs d’assiettes, habillés en ministres, qui vont chambouler toutes les lois instaurées. Faites un peu attention, aux lanceurs de bâtons qui peuvent retomber sur votre dos courbé. Jouez les trapézistes ou les équilibristes, mais votre fil de vie, votre sécurité, risque d’être endommagé. Allez, allez, venez et si vous avait quelques velléités de, peut-être, voyager on peut vous enseigner à faire un vol plané de cent kilomètres, s’il vous plaît, par un coup de canon, bien visé et tiré. Beau mode de propulsion, c’est mieux qu’être un pigeon ! Allez, allez, payez chèrement votre entrée. Venez vous faire plumer et soyez assuré que toutes nos recettes iront au patronat qui se réjouit déjà ! À 20 heures, tous les soirs, continuer d’applaudir les artistes sous-payés qui n’ont plus rien à dire, qu’ont qu’leurs yeux pour pleurer…
« Le cirque est déserté
Le rire est inutile
Mon clown est enfermé
Dans un certain asile
Succès de camisole
Bravos de cabanon
Des mains devenues folles
Lui battent leur chanson.. »*
Mon masque est ridicule. Mais pour le cirque à venir c’est ma seule protection.

*Bravo pour le clown – Edith Piaf

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s