Confinement – Jour 53

Diling diling diling – Le ciel s’est crevé. 
“Il pleut les bras m’en tombent
Après des mois si beaux
Le beau temps part en trombe… »*

Trombes d’eau. Il pleut sur ce dernier week-end de déconfinement. C’est l’occasion de ne rien faire, sinon de regarder les nuages pleurer. La nature va devoir se reconfiner pour que nous puissions, nous, reprendre nos mauvaises habitudes. Les animaux qui avaient pris leurs aises dans le pays déserté, ne savent pas que les hommes, cette peste, les menace de nouveau. Courte rémission ! À chacun son fléau. Ils ne sont pas guéris de nous ! Ils ne sont pas près de l’être. Nous n’arrivons même pas à nous guérir de nous-même alors… Incurable ! Dans la nuit une sirène retentit. Le Titanic n’en finit pas de sombrer, malade du covid et de nos politiques. Ce sont toujours les mêmes vieux systèmes éculés et dépassés – la mise à jour a planté – qui sont à l’œuvre et nous gouvernent. Je ressasse. Le capitaine Macron et son équipage sont à la manœuvre pour sauver ce qui peut l’être. Surtout respectez les consignes ! Tous sur le pont ! Ne vous battez pas les gars, tout va bien se passer, par contre il n’y aura pas assez de bouées pour tout le monde. Bienvenue en enfer. Les canaux et les gilets de sauvetage sont réservés en priorité aux copains et aux Vip de première classe. Et on va distribuer juste ce qu’il faut de flotteurs pour les soignants. Bah si, on est obligé parce que, s’il n’y a plus de prolots, qui va aller charbonner ? Pas nous quand même ? C’est salissant ! 
« Cargo de nuit, trente-cinq jours sans voir la terre
Pull rayé, mal rasé
On vient de débarquer 
(Cargo de suie) trente-cinq jours de galère
Et deux nuits pour se vider (la nuit te suit)
Change de port… »**

Voilà, voilà, on a sauvé tout le monde ? Ah non, il manque qui ? Les pauvres, dans les soutes ! On connaît pas ! Du coup, pas de gratuité des masques, maintient de frais bancaires sur les découverts des plus précaires, au cas où ils voudraient en profiter pour s’acheter une télé. Des miettes pour l’aide alimentaire…Quoi, ils ont faim ? Ils n’ont plus de pain ???? N’ont qu’à bouffer de la brioche. On ne peut pas sauver un navire et endiguer une marée de misère ? Le sens des priorités vous connaissez ? Jupiter plane à deux mille. Hors sol ! Philippe, son second, souffle dans sa barbe mitée. Pas facile de suivre un narcissique qui enfourche un tigre. Fatigue ! On est foutu ! Il marmonne : « Le choc risque d’être brutal ». Pourquoi, il est où l’iceberg ? C’est un grand mot, pour un glaçon. « On va se réinventer ! », dit le capitaine défoncé ! Il a tombé la veste. Il boue. Sa tête, gonflée d’orgueil, va exploser. C’est pas à Hollande que ce genre d’histoire est arrivé ! Il sait qu’il aura été le premier ! Il ne cogite plus, il prend des décisions. Instinctives mais foireuses. Je suis le Roi ! C’est moi qui vais vous sauver ! Il s’agite frénétiquement, se coiffe, se décoiffe, se recoiffe et remet sa casquette de chef. C’est qu’il gonfle notre président. « Omnipétant » plus haut que son cul… Pendant ce temps ailleurs, sur le pont des troisièmes classes, les pauvres se sachant abandonnés, se mettent à danser. Une, deux, trois, quatre – en position – une deux ! On coule et ça s’amuse ! 
« Qui dit crédit dit créance
Qui dit dette te dit huissier
Et lui dit assis dans la merde
Qui dit Amour dit les gosses
Dit toujours et dit divorce
Qui dit proches te dit deuils 
Car les problèmes ne viennent pas seuls
Qui dit crise te dit monde 
Dit famine, dit tiers-monde
Qui dit fatigue dit réveil
Encore sourd de la veille
Alors on sort pour oublier tous les problèmes
Alors on danse
Alors on danse… »***

C’est tout ce qui leur reste pour se protéger ! Un pas à gauche, quatre à droite, quelques pas en arrière et puis en avant. C’est la chorégraphie de l’évitement. Une danse en solo. Le nouveau French Cancan ! Pas de contact. On se croise de loin, mais ne se touche pas. On se regarde discrètement pour surveiller les mouvements de l’autre. Garder le rythme. Danser comme le bateau tangue pour ne pas tomber. Partout, le ballet se répète. On va s’en sortir… Alors on danse, et on se masque ! 

*Trombes d’eau – Dominique A
** Cargo – Axel Bauer
*** Alors on danse – Stromae

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s